L’église et son clocher

La modeste chapelle domaniale originelle fut sans doute agrandie une première fois au IXe siècle. Elle devint alors une église paroissiale de taille à résister à sa concurrente toute proche. Elle connut encore des transformations au cours du XIe siècle et début du XIIe siècle au gré des propriétaires qui se succédèrent à la cure de la paroisse. Son aître, bien que modifié par la construction de nouvelles habitations, subsiste et demeure, avec ceux des communes voisines, une particularité régionale.

La tour-clocher Saint Rémi est un bel exemple de ce que pouvait être un clocher fortifié au moyen-âge. Il est inscrit à l’inventaire supplémentaire des années 1970. Ce clocher date du XIIe siècle, on l’appelait à l’époque « la tour de l’enceinte » ou « laboureurs ». La porte de ce clocher en particulier rappelle bien l’époque de ce monument. Cette tour n’avait pas, autrefois, la pieuse destination qui lui a été assignée de nos jours : elle servait à la défense et faisait office de maison forte dont on voit encore quelques traces de l’enceinte autour de l’église actuelle. Elle est percée de meurtrières et baies rectangulaires munies à l’extérieur et à la partie supérieure de deux crochets en pierre destinés à supporter l’axe horizontal d’un volet s’ouvrant en forme de trappe.

Les richesses de l’église :

La vierge à l’enfant est classée monument historique. La sculpture en pierre blanche d’une hauteur de 70 cm daterait de la fin du XVème siècle. La statue, dont il manque malheureusement un morceau a été retrouvées en 1957 dans le sous-sol de l’église.

La croix d’autel et les six chandeliers à broche sont inscrits à l’inventaire général du patrimoine culturel. Fait de bronze et de dorures, l’ensemble date du premier quart du XIXème siècle.

La stalle en chêne taillé est également classé à l’inventaire général du patrimoine culturel. Cet objet de culte destiné à la prière a été fabriqué à la fin du XVIIIème siècle.

%d blogueurs aiment cette page :